Des compétences somatiques pour évoluer avec une énergie durable

Mis à jour : 18 avr. 2020

Depuis l'antiquité, nous sommes enjoints par les philosophes d'établir une bonne relation avec nous-mêmes y compris avec notre corps. En effet, il nous sert d'interface avec le monde et c’est dans l’altérité que nous progressons en nous obligeant à sortir de notre zone de repli sur nous-mêmes, là où personne ne vient nous dire que nous avons tort ou raison. Il est le siège de nos pensées-émotions-comportements. Si nous avons tous un certain nombre de gènes au départ, le mimétisme et l'influence contextuelle joue aussi un rôle, comme l'épigénétique nous le démontre. Le but de développer des compétences somatiques est de jouer sur notre plasticité à évoluer. Car tout changement extérieur réclame une transition intérieure, c'est à dire un processus psychique et somatique plus ou moins long à traverser.


Avoir des compétences somatiques, c'est quoi ?

C'est d'abord ne pas être obligé de regarder sans arrêt notre montre pour vérifier notre état de forme, nos pulsations cardiaques, notre performance dans la durée. Notre montre n'a normalement pas d'autres objectifs que de nous donner l'heure pour nous permettre de nous réunir à un horaire conventionnel. Elle est utile pour fixer un rendez-vous, mais rien de plus.


Elle ne devrait pas séquencer toutes nos activités, comme nous le faisons trop souvent. Le reste du temps, nous devons savoir écouter l'énergie qui nous habite pour trouver notre rythme, notre propre séquence, qui nous permettra d'être productif sans coup de pompe.


Evidemment avoir des repères au début peut aider à se créer une discipline, mais je vois de plus en plus de conseils sur la gestion du temps où on chronomètre tout. L'individu est plus complexe que cela. Le bon repère est votre horloge interne. Avoir conscience que nous suivons des rythmes, c'est bien, savoir écouter nos rythmes propres, c'est mieux.


Posséder des compétences somatiques, c'est ensuite apprendre à étendre notre conscience corporelle dans tout notre corps de façon permanente (et pas seulement quand nous avons une douleur à un endroit précis) pour prévenir les tensions (qui sont généralement le résultat d'émotions que l'on stocke), lire tour à tour les messages de notre instinct, de notre ventre, de nos émotions, de notre coeur, de notre intuition et les distinguer (nous savons d'ailleurs désormais, par la science, que des quantités de neurones se logent aussi dans notre coeur et notre intestin).


Posséder des compétences somatiques, c'est faire preuve du savoir-être indispensable (car ce n'est pas le savoir-faire qui fait la différence), qui va nous donner la capacité d'incarner nos projets, de les amener au succès en trouvant notre pouvoir magique, notre singularité, issus de notre histoire et de notre manière d'agir, jusqu'à la caricature, comme le font tous les acteurs célèbres.


Posséder des compétences somatiques, c'est enfin obtenir un avantage plus spirituel cette fois, qui est finalement de pouvoir incarner plus authentiquement tous les principes édictés par des livres inspirants comme les accords toltèques... Car l'amour, le respect, la bienveillance, la liberté, la sécurité, la confiance sont avant tout des sentiments intérieurs, auxquels nous devons nous connecter corporellement. C'est pour moi la meilleure façon de préserver notre humanité dans un monde artificiel.



Maîtriser nos compétences somatiques revient à :


- Savoir mobiliser nos quatre sources d'énergie clés (physique, émotionnelle, mentale, et spirituelle dans le sens de notre élan de coeur, de générosité, de notre qualité d'empathie, de recherche de pureté personnelle vers des comportements écologiques satisfaisant le bien commun), pour rester le plus longtemps possible dans notre zone d'excellence,


- Savoir garder le contrôle sur nos 4 gouvernances comportementales, à savoir mentales, instinctives, émotionnelles et grégaires pour ne plus simplement leur obéir à travers nos multiples décisions inconscientes, mais conserver au contraire un plus grand libre-arbitre,


- Savoir nous placer au centre des 4 éléments qui nourrissent chaque vie, l'énergie intuitive de l'Air, l'énergie motrice du Feu, l'énergie instinctive de la Terre et l'énergie mentale de l'Eau, liés par un 5ième (comme le pouce qui unit les 4 autres doigts), l'esprit (le même que l'esprit d'équipe, que nous reconnaissons inconsciemment), la conscience de cet ensemble qu'il nous faut développer pour maintenir le tout en équilibre,


- Savoir équilibrer nos dépenses énergétiques avec un renouvellement régulier en respectant notre bio-rythme (comme nos cycles ultradiens de concentration car notre concentration sur une tâche en particuliers réclame de l'énergie et nous demande des moments de distraction, d'évacuer nos éventuelles distractions et nos émotions accablantes),


- Savoir augmenter notre capacité énergétique de la même manière systématique que les athlètes de hauts niveaux avec des temps de régénération rapide (à ce titre, la respiration bien utilisée est un excellent levier), afin de recouvrer notre concentration optimum sur l'exécution de la tâche que nous nous sommes fixés,


- Savoir créer, de façon autonome, adaptés à notre contexte, des rituels de gestion de l'énergie très spécifiques et positifs pour apporter des changements durables,


- Savoir apprendre, être plus conscients de nos comportements, de nos soft skills, de nos habiletés et vulnérabilités, de nos responsabilités, mieux les gérer avec quatre ingrédients clés : la persévérance, la passion, la pratique délibérée, et le sens au travail,


- Savoir mieux communiquer en étant plus attentifs aux conséquences de nos actes, à notre influence dans nos nombreuses interactions, en décryptant mieux nos biais cognitifs, nos conditionnements, pour moins y succomber. C'est aller de la transformation personnelle vers la transformation sociale.


Ces conseils sont issus en partie du livre co-écrit par Jim Loehr, psychologue ayant suivi des cadres de grands groupes et des athlètes de haut niveau et son associé Tony Schwartz, qui fait référence en la matière. Ils reprennent également les bases de l'anti-fragilité dont je parle dans le lien. Maîtriser toutes les compétences somatiques que je viens de décrire, va vous assurer de savoir mieux gérer les hauts et les bas de votre existence en trouvant la bonne tonicité à la fois physique, émotionnelle, mentale et spirituelle, qui vous permettra d'alterner entre lâcher ce qui doit l'être et tenir également ce qui doit l'être aussi. C'est trouver votre axe, comme je le développe ci-dessous.


Comment faire ?

C'est d'abord nous mettre à l'écoute de nos tensions que nous cumulons dans la journée et qui nous fatiguent énormément. C'est ensuite apprendre à les évacuer plus régulièrement pour ne pas attendre d'être épuisé. Savoir récupérer est essentiel avec les outils les plus efficaces (comme la cohérence cardiaque vue dans cet article ou d'autres idées exprimées dans celui-ci, permettant d'étendre également nos facultés sensorielles). C'est enfin remplacer notre état quotidien où nous passons de speed à mou, autrement dit à des moments d'excitations, de stress à d'autres moments de mollesse totale où on se dégonfle, par une tonicité physique et psychique plus grande, plus constante et plus à même de faire face aux impératifs de la journée, avec plus de clairvoyance, de vigilance.


Pour travailler notre capacité à être vigilant, à la fois calme et disponible mentalement et physiquement, il convient de travailler notre posture, notre qualité de présence, comme je le recommande dans l'article dédié à cet effet. Nous pourrons alors nous connecter à cette énergie constante, stable, qui est déjà en nous, source de créativité et de détermination. Ce n'est plus une question de simple motivation, de plaisir ou de déplaisir, car dans cet état, nous pouvons fusionner notre intention et notre attention dans le même sens, dans la joie, l'enthousiasme et l'émerveillement venant de notre Etre tout entier (Ego et Soi, alliés, chacun gardant leur place).


De cette façon, fort de vos compétences somatiques, d'une bonne attitude face aux difficultés, l'environnement délétère, la négativité que vous pouvez entendre autour de vous, n'aura plus de prise sur vous. En effet, vous aurez compris que la source de votre énergie est en vous et non plus à prendre de l'extérieur. Vous saurez la convoquer à bon escient et la protéger des nuisances que l'on subit tous continuellement dans la journée.


Cette énergie interne sera mobilisée par votre axe, quand vous l'aurez trouvé, pour pouvoir faire couler le flow (quand vous êtes dans votre zone d'excellence où converge le désir de vous accomplir à travers un défi, avec vos ressources optimales pour l'atteindre), avec le bon tonus physique et psycho-cérébral vous permettant de faire preuve à la fois de résilience, c'est à dire de capacité à endurer les épreuves, mais aussi d'anti-fragilité, c'est à dire de capacité à tirer immédiatement profit de celles-ci en considérant l'adversité et l'échec comme une bénédiction.


Quand je parle d'axe, de quoi s'agit-il ? Comment le trouver ?

Vous connaissez sûrement la phrase devenue célèbre d'oscar Wilde : « Soyez vous-même, tous les autres sont déjà pris. »